Lettres à ma mère – 18 & 19

img_04171er juillet 1916

Ma chère petite Marg.

Rien de neuf. Faisons instruction sur le 120 mais je crois qu’on aura plutôt des 95 dans la suite. C’est toujours le même fourbis. Chaleur accablante. En somme repos plus que relatif.; beaucoup de troupes passent ici, surtout cavaliers qui sont cantonnés dans villages voisins;: dragons, hussards, spahis, etc…

Pas encore reçu le petit pâté de Père ! Dans quel état sera-t-il?

Bons baisers à tous

André Delepierre


4 juillet 1916

Chère Maman,

Je n’ai encore reçu aucune lettre de vous depuis huit jours que je suis ici. Nous ne nous embêtons pas de trop, quoique le village soit submergé de troupes. J’espère que vous vous portez toujours bien. A quand la permission: nous n’en parlons pas beaucoup et je suis des derniers à en avoir, à cause de ma classe.! Mais la guerre peut finir, paraît-il!

Ton fils qui t’embrasse de tout cœur.

André Delepierre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s