Rosine et Valère

Valère aimait Rosine
Rosine aimait Valère
Il avait su lui plaire
Il était amoureux
De sa taille si fine
Et de son beau visage
Orné de cheveux sages
Dans l’éclat de ses yeux.
Et la belle Rosine
Allait sur les chemins
Persuadée que demain,
Comme aujourd’hui, en mieux
Sa tendresse mutine,
Les phrases de ses lettres
Où flottaient des « Peut-être »
Rendaient Valère heureux.
Et de vêpres aux matines
Valère composait
Ballades et sonnets
Où s’exprimait le feu
De mots dont la sourdine
Etait bien plus qu’absente.
Rosine, fleur de menthe
Au passé douloureux
Que l’abeille butine
Avant de disparaitre
Frissonnait dans son être
Et prenait peur, un peu.
Malgré la douce bruine
Qui, ses joues recouvrit,
Valère le comprit
Et devint moins fougueux…

(c) Musefabe 2006


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s