Camisards

Les pas marquent la terre, Cévennes nourricières
Les mains frôlent les murs gonflés de pierres
Montagnes douces qui barrent l’horizon
Le pèlerin fugitif marche avec son bâton
Son Dieu en bandoulière, petit en sa besace
Grand dans son coeur de persécuté
Bible cachée dans son miroir, bien à sa place
Dans la maison abandonnée
Soldats sur leurs chevaux henissant d’écume
Dragons colériques et paillards
Pauvre troupeau trébuchant dans la brume
Femmes et enfants dans la nuit noire
Du Pont de Montvert, de Lasalle, de Barre
De Gange, du Vigan, de Quissac
De Valleraugue, de Mialet, de Florac
Portent le coeur des Camisards

(c) Musefabe 2005


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s