Berthe, Gustave et Gennevilliers…

Berthe Morisot épousa Eugène Manet en 1874 et  passa le printemps de 1875 à Gennevilliers. En mars de la même année, avec Monet, Sisley et Renoir, elle organisa une vente à Drouot. A cette occasion elle vendit une aquarelle et deux tableaux, dont un, « Intérieur » qui fut adjugé 480 francs, la plus grosse enchère de la séance.

Cette délicate aquarelle « A Gennevilliers », est tirée d’une planche de la biographie qu’Armand Fourreau a consacrée à Berthe en 1925, trente ans après sa disparition.

En 1881, c’est au tour de Martial et Gustave Caillebotte de tomber sous le charme du petit Gennevilliers, et d’y acquérir une propriété.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s