Lettres à ma mère – 14 & 15

img_9229Dimanche 11 juin 1916

Ma chère petite Maman,

La Pentecôte aujourd’hui (ce que je sais grâce au calendrier envoyé par Yvonne) grand calme. Les Boches se reposent. Toujours rien de nouveau pour nous, si ce n’est que nous nous plaisons mieux ici qu’au dépôt, à part la privation de tous les plaisirs et que nous ne pouvons toujours acheter quoi que ce soit. Demain, je t’enverrai l’adresse de mon ouvrier en bois qui a eu une cuisse fracturée ici il y a 3 semaines environ par un éclat d’obus, et très gentil garçon qui pourrait te donner qq petits détails. Il se trouve à l’hôpital Rollin, avenue Trudaine mais je t’en recauserai demain.

Ton fils qui t’embrasse de tout cœur

André Delepierre


15 juin 1916

Ma chère Maman,

Voici l’adresse de l’ouvrier en bois dont je t’avais parlé: Vaniel, à l’hôpital Rollin, avenue Trudaine. Dis-moi si tu as reçu la lettre où je t’en parlais.

On va un peu en arrière tout à l’heure, dans les bois (douce perspective car aucun abri n’est préparé) en attendant d’aller plus loin. Pas encore reçu le petit colis porc et lait condensé. Adressez toujours lettres au même endroit, même secteur, envoyez petits mais pas gros colis.

Ton fils qui t’embrasse de tout cœur

André Delepierre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s