Spleen

Ce matin j’ai marché le long du cimetière
Tombes froides et grises.
L’empreinte de mes pas martyrisait la terre.
Le clocher de l’église
Emergeait du brouillard. Je regardais les pierres
Qui se couvraient de mousse
Et les arbres pleuraient quelques larmes amères,
Tapis de feuilles rousses.
Ton nom s’est effacé sur la stèle endormie
Où veille un ange blanc
Qui penche son visage sur mon Ophélie
Celle que j’aime tant.

(c) Musefabe 2007


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s