Petit matin

C’était au petit jour, le soleil envoyait
Des flèches aveuglantes au travers des volets.
Et dans le lit défait tu dormais étendue,
Des taches de lumière inondaient ta peau nue.

Assis à tes côtés, je regardais ton corps
Offert. Je contemplais ses formes adorables
A cet instant précis, j’aurais été capable
Pour arréter le temps, de défier la mort.

C’était au petit jour, tu eus un geste exquis
Lentement tu passas la main dans tes cheveux
Alors, dans un murmure, en entrouvant les yeux

Tu dis « Bonjour mon coeur » et puis tu me souris.
Même si je devais quitter la vie demain
Souviens toi douce amie, que je t’aime sans fin.

(c) Musefabe 2006


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s