Acrostiche 3 – Pour Juliette

J uste à l’heure où la vie, dans un bruissement d’ailes
U ltime, ouvrira tes grands yeux d’opaline
L aissant un goût de pêche en ta bouche mutine
I l te sera facile, ô tendre tourterelle,
E xquise et belle enfant, de mettre à tes genoux
T es parents attendris. A l’orée de tes jours,
T e voilà donc enfin, jeune fille d’amour
E t les muses déposent un baiser sur tes joues

(c) Musefabe 2006


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s