Vide

Sur la route embrumée aux lacets poussiéreux
Je suis trop arrété pour pouvoir respirer
Si mes poings sont serrés dans mes poches crevées
C’est que Rimbaud se rit de mon chagrin piteux

Sur les chemins violets qui mènent nulle part
Je rassemble la lie de pauvres aventures
Je devrais le savoir! Qui d’autre me censure
Que moi-même alangui? ou mon lâche avatar ?

Dans les maisons ternies aux couleurs du passé
Je crie. Oui, c’est cela même. En somme, je ne suis
Rien. Je ne suis rien, devant cette agonie

Qui déchire mes jours aux rides effacées.
Où tourner mon regard, quand l’espoir a pâli?
Et que dire de plus? Surtout ! le dire à qui ?

(c) Musefabe 2006


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s